Zioba Grasso

Le point culminant des célébrations du carnaval est traditionnellement célébré le dernier jeudi, appelé Zioba (jeudi gras). Aujourd'hui encore, outre l'effervescence de Mardi Gras, jour de clôture des deux semaines de carnaval, c'est le jeudi que se déroulent les plus grandes manifestations théâtrales et les plus grandes fêtes.

L'origine de Zioba Grasso remonte à la victoire du doge Vitale Michieli II sur Ulrico, le patriarche d'Aquilée.

En 1162, la Sérénissime fit prisonnier Ulrico ainsi que 12 curés alliés aux seigneurs féodaux frioulans. Ces derniers étaient les conspirateurs d'une rébellion pour le contrôle des salines de Grado. Le patriarche de Grado, Enrico Dandolo, doit fuir à Venise. La captivité d'Ulrich prit fin lorsqu'il promit de payer un tribut annuel à Venise de 12 miches de pain, 12 porcs et 1 taureau.

Zioba Grasso ("le jour de la chasse") est devenu l'anniversaire de cette victoire, qui a été célébré sur la place Saint-Marc pendant de nombreuses années. Lors de ces célébrations, un taureau (symbolisant Ulrich) et 12 cochons (les 12 curés) étaient sacrifiés pour la gloire de Venise.

Il devint habituel de donner un morceau de viande à chaque sénateur de la République et de distribuer du pain aux prisonniers. La victoire sur les seigneurs féodaux frioulans et sur Ulrico fut également commémorée à Zioba Grasso, dans la Sala del Piovego du palais des Doges. Là, le doge et les sénateurs frappent les châteaux en bois avec des barres de fer, symbolisant ainsi la victoire sur les seigneurs féodaux.

 Pour le plus grand plaisir de Venise, la fête et le tribut qui y étaient célébrés se poursuivirent même après le déclin du patriarcat d'Aquilée. Avec l'interdiction de la mise à mort des porcs et des taureaux, les célébrations devinrent moins sanglantes.

Du XVIe siècle jusqu'à la chute de la Sérénissime en 1797, le Zioba Grasso se déroulait sur la place Saint-Marc, en présence du doge et d'autres dignitaires. Là, une machine en bois en forme de tour carrée faisait exploser des feux d'artifice. Le spectacle préféré était alors celui d'un acrobate descendant le long d'une corde depuis le clocher de Saint-Marc jusqu'à la Piazza. De nombreuses personnes mouraient en tentant de réaliser ces exploits.

Chez les Vénitiens, le jeu "Le pouvoir d'Hercule" était très populaire. Dans ce jeu, les deux principales factions en lesquelles le peuple vénitien était divisé, Castellani et Nicolotti, s'affrontaient. Chaque faction crée une extraordinaire pyramide humaine, soit sur des barques sur l'eau, soit sur terre. Les cris et les applaudissements du peuple déterminent la faction gagnante. Un autre événement qui a lieu avant le feu d'artifice est le Moresco, la danse militaire des "arsenalotti" (travailleurs de l'arsenal).